logo du blog

fabrication de collant : Les origines et les modes de production

fabrication de collant

 

Pour la petite histoire, on aime à croire que le début de fabrication de collant chez nous prend ses racines des USA avec les GI’s à la fin de la seconde guerre mondiale. On croit que le nylon des parachutes a contribué à alimenter cette industrie de consommation. D’aucun pense même qu’on allait jusqu’à copier avec un trait de peinture sur la jambe en temps de privations. L’histoire des bas est toutefois plus ancienne et garde de solides antécédents en Europe avec de solides maisons de mode. Cet épisode a simplement été un tournant dans la démocratisation et l’apparition d’une nouvelle façon de consommer. On découvre  une nouvelle image de la femme. Avec la mondialisation, le collant se fabrique un peu partout, et se trouve utilisé sur toute la planète. La mode « à l’occidentale » s’étant largement répandue sur toute la planète, au besoin customisée avec des spécificités locales. L’usage du collant par exemple fantaisie au Japon étant en soi un univers. Certains modèles ne se trouvent pas toujours ou toujours facilement chez nous. En dehors d’une curiosité de principe pour savoir d’où viennent nos collants, on retiendra qu’il demeure tout de même des savoirs spécifiques. Même si des marques ou des groupes peuvent avoir des usines réparties dans plusieurs pays, elles gardent parfois un outil de production près de leur laboratoire. On peut être sensible à la dimension locale.

Quelques origines de production de collant spécifiques

 

Certaines marques ou marchés proposent des modèles légèrement différents suivant leur marchés. Le temps où la fabrication de collant américaine jouissait d’une importante aura a disparu. On peut désormais  s’amuser à faire venir des produits conçus un peu loin. Cependant on va être sur une distribution en ligne avec de faibles quantités. Il faut peut-être un intérêt spécifique pour faire par exemple venir des produits de mode Kawaïi spécifiquement du Japon.

C’est plutôt dans le domaine de la santé et du sport que l’on trouvera certaines usines installées en Suisse ou Autriche qui garantissent un savoir-faire très technique et spécialisé. Sinon, pour le marché français, il existe deux grandes tendances qui ont une raison d’être historique. A savoir la fabrication de collant italienne ou française…

 

La fabrication des collants italienne

 

Il est possible de remonter très loin dans la généalogie de la fabrication de collant italienne. On pense évidemment à Marco Polo, grand introducteur de la culture de la soie en Europe. Il est l’image de l’art du beau vêtement à l’italienne, tant pour les hommes que pour les femmes. L’Italie a en tout cas su très tôt prendre le virage de l’industrialisation et la péninsule a été le lieu d’ancrage de marques. Ces dernières,  en se développant en groupes internationaux dans les années 70 ont dominé l’industrie du collant. Deux groupes italiens côtés en bourse à Milan, CSP et Golden Lady possèdent aujourd’hui de nombreuses marques. Ils sont au premier plan de la production internationale. L’industrie italienne cultive un savoir-faire avec des marques sur toutes les gammes de produits. Elle entretient également un intérêt dans la distribution avec le développement de marques et réseaux comme Calzedonia. Il ne faut pas oublier les usines derniers cris dans le Nord de l’Italie qui se mettent au service d’autres fabricants. Ceci pour la réalisation de modèles répondant à des cahiers des charges très précis. Il le sont tant sur l’utilisation des matières que la réalisation des motifs. Un collant est devenu en effet un produit technique dans sa résistance, son élasticité et sa structure en 3D. La possibilité de changer les monogrammes et effets d’impressions nourrit des collections que de nombreuses marques renouvellent toutes les saisons voire plus souvent.

La fabrication de collant italienne est ainsi un gage de qualité et de technicité. Elle jouit d’une réputation d’élégance. Le collant à l’italienne est par essence celui qui sera copié par la concurrence en Asie ou en Europe de l’Est. C’est cependant là que l’on trouvera aussi la plupart des innovations récentes notamment pour les collants du quotidien ou pour les grandes occasions. Aujourd’hui, il n’y a guère de sens à qualifier un collant de qualité avec un seul critère. La technique permet de soigner la finesse de certains motifs, ou alors la résistance d’un collant ou son confort. Un peu comme une automobile, les marques mettent en avant telles ou telles qualités. Disons simplement que la fabrication italienne propose des équilibres de haute qualité entre ces critères avec des produits relativement fiables.

 

La fabrication française, quelques notions

 

La fabrication de collant française obéit à une logique un peu différente. La France a aussi eu de grandes marques de collants et certaines marques sont d’ailleurs passées sous pavillon italien. Il existe aujourd’hui deux grandes familles de collants à la française. Il existe tout d’abord le collant lié à la tradition de haute-couture et au savoir-faire de très haute facture. Ce dernier est lié à l’image de la mode française. D’autres marques sont elles attentives à l’importance que prend à nouveau depuis quelques années le statut du made in France.

Le luxe et la haute couture ont des liens étroits avec la fabrication de collant. Chantal Thomas ou Le Bourget, par exemple, soignent leur réputation. Et même si Le Bourget est désormais détenu par le groupe CSP, il n’entend pas changer son identité et son pavillon français. A l’heure où il est important de soigner sa niche d’activité, et affirmer sa différence, la dimension française est un vrai plus pour un certain nombre de marques. Comme dans la lingerie, domaine voisin, les noms français de certains modèles aident à vendre des collections et des produits. Historiquement, l’image du collant français est liée à la disparition et au déclin d’un certain nombre de grandes marques françaises. Celles-ci ont été en difficulté dans les années 1990. Un certain nombre de repreneurs ont perçu l’importance de ce capital symbolique. Ils le font revivre à travers certaines marques comme déjà évoqué ou en reprenant certains outils de fabrication. Un certain nombre de marques, parfois situées sur des niches, comme la pêche ou la chasse insistent sur la dimension locale et hexagonale de leur enseigne.

On retrouve donc le Made in France de plus en plus présent dans la sphère hexagonale du secteur du textile et de l’habillement. Alors quelques informations concernant cette appellation. Lorsqu’on est commerçants ou fabricants, c’est un choix de faire mention de l’origine du produit. De plus car il n’est pas alimentaire. S’ils choisissent de faire mention du Made-In-France, alors ces derniers doivent respecter les règles ci-après :

Pour donner de l’importance à l’origine de ses produits, il est possible de préférer adhérer à un label. Par exemple le Label Entreprise patrimoine vivant, une distinction pour les entreprises françaises issues de l’artisanat ou de l’industrie. C’est une réelle marque de reconnaissance par l’Etat.

On retrouve également France Terre Textile, qui permet aux consommateurs de savoir que 75% des étapes de la fabrication de collant sont réalisées en France. Ce label a été fondé pour valoriser et défendre la filière textile en France, et le savoir-faire acquis depuis des générations par des entreprises. C’est aussi pour mettre en avant les industriels qui se battent pour que ces savoir-faire ne se perdent pas ! A partir de là, une série d’actions sont menés, notamment en 2008 par le Syndicat Textile de l’Est. Il décide de commencer à initier ce mouvement, avec une garantie que la majorité des produits auront été fabriqué dans les Vosges, en France. C’est en 2011 que le label est officiellement fondé, « Vosges terre textile ». De nos jours plus de 90% des entreprises du secteur du textile vosgien a adhéré. Dès la première année, les résultats, sont là. En effet on observe plus d’un million de produits labellisés. Encore mieux, le label s’étend à d’autres territoires, comme l’Alsace, vers 2013. Globalement, la plupart des régions textiles de France auront adhéré.

Les collants, une révolution qui perdure dans le temps

Les collants sont des sous-vêtements qui continuent à faire fureur, car leurs multiples avantages en font des valeurs sûres pour le dressing. On en porte pour se protéger les jambes, des doigts de pieds aux hanches. Innovation, plaisir, créativité, voici en quelques mots, les quelques bénéfices pour adultes, enfants, et même bébés. Ces derniers se déclinent en collants transparents, fins, semi-transparents, semi-opaque, opaques. Ce, sans compter les collants en laine, les leggings, les collants de compression, les collants de sports, et bien d’autres type de collants.

En France, le collant fin, noir, élégant sublime les gambettes des femmes. Il n’est pas prêt de perdre en notoriété, tant il est adulé, et déchaîne les foules. Cependant, on retrouve le collant chair, qui revient en scène. Effectivement après quelques années de « je t’aime, moi non plus » il est de retour dans les rues. Et en voyant, sur les couvertures de magazines, Kate Middleton en porter, les femmes ont compris qu’il est possible de l’enfiler, sans faire « mamie ». Et c’est tant mieux ! Car l’été et le printemps, c’est un régal pour les yeux de la gente masculine.  De nos jours, grâce aux nouvelles matières, il est possible de porter des collants qui permettent de concilier des bienfaits minceur.

Il ne reste plus qu’à se préparer pour être à l’affût des nouvelles tendances mode !

A lire également

  • Quel collant pour quelles occasions ? Voyons tout ça !
  • Collant par genre, femme, homme, enfant, ado, bref, pour tous !
  • Toutes les particularités du collant pour tous les besoins
  • La marque de collant, les 1001 différences et savoir-faire